LA BIJOUTERIE

DANS LE PROJET:

Fond de cabane à deux poteaux axiaux retrouvé à Château-Porcien dans les Ardennes. Daté du VIe-VIIe s., son comblement était riche en mobilier métallique. Trop petit (2,85 m x 1,70 m) pour abriter une forge, il sera occupé par un artisan assemblant des pièces de parures (bijoux, boucles de ceintures...), une fois le métal forgé.

Cette structure complètera l’atelier de perles et la forge qui, au sein des habitats, était principalement dédiée à la réparation d’outils et à la fabrication d’objets de parure. Des ateliers spécialisés se développaient à l’extérieur pour transformer le minerai à plus grande échelle (monnaies, armes) mais les traces de ces grands centres de production sont très rares, car les métaux ont fait l’objet d’un recyclage systématique à cette période. La production en fer, en bronze, en argent et en or nous est essentiellement parvenue à travers le mobilier funéraire.